• Accueil
  • Nous contacter
  • Rechercher
  • Plan du site
  • A-
  • A
  • A+
Ville de Coignières - Yvelines - France

Coignières : Ville atypique/Identité et spécificités

Urbanisation de Coignières

Les dates clés

L'histoire de Coignières est ancienne.
Elle repose sur une position géographique stratégique : située sur un plateau de partage des eaux de l'Yvette et de la Mauldre, entre Paris et l'immense Beauce qui s'ouvre sur le Sud-Ouest et l'Espagne, Coignières est, de tout temps, un lieu de passage unique.
Peu fréquentée jusqu'à la fin du XIe siècle en raison de l'humidité de son sol et de ses bois, Coignières aborde une étape décisive avec le défrichement des forêts, dès le XIIe siècle.
Coignières devient alors un village céréalier
et, jusqu'à la Révolution, son blé servira à la fabrication du pain parisien.

Peu à peu, le rayonnement de Chartres, l'accroissement des convois, l'essor des foires et des marchés font de Coignières un lieu de passage incontournable, conforté par un relais de poste qui lui assure richesse et prospérité.
 
L'avènement de l'ère industrielle, du chemin de fer, de l'automobile et de la nationale 10 apporteront à Coignières la consécration de sa vocation de ville relais et de ville commerçante.


Les années 60 sont une période clé pour la Commune qui voit son réseau de transports s'intensifier en raison de l'élargissement de la RN10 en deux fois deux voies.
Sa courbe démographique accuse, elle aussi, une hausse significative. Autant de facteurs qui ont favorisé une expansion économique rapide et tout à fait caractéristique.
Baptisé dans un premier temps « capitale de la caravane » dans les années 70, le site commercial de Coignières rayonnera dès lors sur toute l'Île-de-France.
 
Parallèlement, l'urbanisation de Coignières a coïncidé avec son essor économique. En effet, c'est à l'aube des années 70, qu'une ZAC est créée, comprenant 500 pavillons et 380 logements répartis dans 17 immeubles, sous l'appellation récente "Résidence des Acacias".

Dès lors, tout s'enchaîne : pour répondre aux besoins de la population en hausse constante, la ville se dote entre autres, et en l'espace de deux décennies, de deux groupes scolaires, un collège, un centre de PMI, une crèche familiale, une résidence pour personnes âgées, un centre de loisirs, un gymnase, un centre tennistique, des salons réservés aux manifestations et réceptions et, plus récemment, un pôle culturel et sportif de 7 hectares, baptisé Espace Alphonse Daudet, intégrant un théâtre de 400 places, dont le rayonnement est aujourd'hui départemental.

Aujourd'hui, Coignières constitue l'un des plus importants bassins économiques yvelinois. La ville emploie quelque 6 170 salariés à travers ses 800 entreprises et commerces, représentatifs de tous les secteurs d'activités.
 
Mais Coignières cultive également le paradoxe ; celui d'offrir à ses habitants la sérénité d'un village rural entièrement rénové et restauré, accentué par le caractère authentique de son église gothique « Saint-Germain d'Auxerre »…, loin de « l'affairisme » de ses zones économiques.

Photo aérienneZoom